Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mercredi 16 novembre 2011

Dix après, l'absence des Turquoise et Diamant se fait sentir

© Team94. Il s'agit du Redoutable, premier SNLE de la France qui est aujourd'hui exposé à la Cité de la Mer de Cherbourg. Une tranche du SNA Turquoise remplace aujourd'hui la tranche réacteur du Redoutable.

 Lancé le 1er mars 1967, le Sous-marin Nucléaire Lanceur d'Engins (SNLE) Le Redoutable est admis au service actif le 1er décembre 1971. A ce moment là de notre histoire, l'état-major de la Marine savait pertinemment que le parfait escorteur de notre dissuasion océanique en cours de constitution ne pouvait être que le Sous-marin Nucléaire d'Attaque (SNA). La certitude de ce besoin était ancienne puisque la IVe République avait commencée le long chemin pour acquérir ce type de navire, suite aux essais de l'USS Nautilus. Le premier SNA français fut le Q244, projet non-achevé en raison de l'impossible miniaturisation de la filière réacteur nucléaire alors retenue. Les éléments de la coque du Q244 furent utilisés afin de construire le Gymnote, navire d'essais pour les missiles balistiques des SNLE.