Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





dimanche 28 juin 2015

31 mars 1932 : vote des crédits pour la construction du Dunkerque

© SHD Marine / Toulon / 5U1). Le Dunkerque en achèvement à flot dans l'arsenal de Brest (octobre 1935).

Nous avions commencé à relever en quelles circonstances les grandes unités de la Marine pouvaient être l'objet d'une commande de la part de l'autorité politique dans la France du XXe siècle. Philippe Querel (Vers une marine atomique - La marine française (1945 - 1958), Bruxelles, Emile Bruylant, 1997) soulignait combien l'illustration opérationnelle d'une grande unité ou son absence pouvait être favorable aux décisions de mise en chantier. En cela, la guerre d'Indochine (1946-1954) et la crise de Suez (1956) favorisèrent la mise sur cale des Clemenceau (1955) et Foch (1957). L'effet sur le climat politique s'estompant progressivement quand la Marine poussait le PA58 (45 000 tonnes) puis le PA59 (33 000 tonnes) jusqu'en 1961.

samedi 27 juin 2015

Navire à Effet de Surface de Surveillance des Intérêts Économiques


En annexe au précédent billet, nous pouvons signaler un avant projet dont nous avons peut-être l'apparence sans que son existence semble avoir transpiré hors des revues anciennes : le NESSIE (Navire à Effet de Surface de Surveillance des Intérêts Économiques).  Son existence est rapportée dans la revue de l'ACORAM : Marine (n°126, janvier 1985, p. 44).


vendredi 26 juin 2015

Escorteur Océanique Léger à Effet de Surface

© DCN. Le navire à effet de surface EOLES présenté dans la revue de l'ACORAM, Marine (n°126, janvier 1985, p. 44).
L'Amiral Lannuzel, alors chef d'état-major de la Marine (1976-1982), évoquait, en 1978, l'idée d'un escorteur océanique lourd à effet de surface (~8000 tonnes). Nous avons le très grand plaisir de vous présenter l'avant-projet de l'Escorteur Océanique Léger à Effet de Surface (EOLES) tel qu'il était présenté à la neuvième exposition des matériels pour les forces navales au Bourget (22 - 27 octobre 1984). Bien que l'EOLES soit relativement connu, au moins des deux côtés de l'Atlantique, il était surprenant qu'aucune illustration ne soit disponible sur la toile jusqu'à ce jour. 

mercredi 24 juin 2015

Le Groupe Aéronaval du Béarn à la poursuite de l'Amiral Graf Spee (5 octobre - 17 décembre 1939)

© Inconnu. Le porte-avions Béarn revêtu de sa peinture "razzle dazzle" probablement en 1939.

Le livre Histoire des porte-avions (Paris, Fernand Nathan, 1980) d'Antony Preston - qui commettait aussi l'Histoire des destroyers (Paris, Fernand Nathan, 1980) et Histoire des croiseurs (Paris, Fernand Nathan, 1981) - réserve quelques surprises à son lecteur français car le fait aéronaval tricolore y est traité. Et à cette occasion nous découvrons un épisode très peu connu où le porte-avions Béarn était engagé au combat.

mardi 23 juin 2015

Des cuirassés Polaris ?

Nous avons eu le plaisir de lire la prose du chef d'état-major de la Marine, l'Amiral Cabanier (1er juillet 1960 - 1er janvier 1968) dans la revue de l'ACORAM : Marine (n°43, avril 1964, pp. 41-46). Ce sont des extraits d'une allocution prononcée par le CEMM devant le Syndicat de la Presse maritime au cours d'un déjeuner (17 octobre 1963).

lundi 22 juin 2015

Renforcer la puissance navale française ? La Base Aéronavale Déplaçable

© Inconnu. Le hangar ouvert à bord de La Galissonnière (T56).



La surveillance des espaces maritimes de l'Archipel France (11 millions de km² de zones économiques exclusives) est un défi stratégique. La dévolution de nouvelles prérogatives étatiques dans ces espaces, compris entre la mer territoriale (12 nautiques depuis la ligne de base) et la limite des 200 nautiques, par la Convention des Nations unies sur le Droit de la Mer (CNDUM), obligent les États à augmenter leurs capacités de SURveillance MARitime (SURMAR).

jeudi 18 juin 2015

Escorteur Océanique Lourd à Effet de Surface

Essais de l'AGNES 200 avec un Dauphin.
Dans les années 1970, un fort courant portait des solutions navales innovantes, voire en rupture, pour atteindre de fortes vitesses. La France détenait le record mondial de vitesse pour un navire militaire avec Le Terrible (classe Fantasque) qui atteignait 45,02 nœuds aux essais dans l'entre-deux-guerres. Les nouvelles solutions voulaient dépasser les 50 nœuds et plus, ce qu'elles firent pour certaines d'entre elles.

mardi 16 juin 2015

Quelle portée pour le porte-avions ?

© U.S. Navy. Un B-25 décolle depuis l'USS Hornet (CV-8) le 18 avril 1942. L'Hornet participera également à la bataille de Midway (5-7 juin 1942).
"À toutes les époques de la stratégie navale, la disposition d'une capacité d'éclairage, permettant de localiser les flottes adverses, a presque systématiquement été considérée comme cruciale. La gigantesque superficie des mers et océans et la faible taille comparative des flottes (en particulier lorsqu'elles étaient regroupées afin de faciliter les communications entre les bâtiments les composant) imposaient de pouvoir détecter puis pister l'adversaire. Les capacités d'éclairage et de reconnaissance - et les contre-mesures qui peuvent leur être apportées - ne relèvent pas uniquement de l'utilisation des capteurs installés sur les bâtiments d'une flotte qui, au demeurant, peut avoir intérêt à ne pas utiliser ses radars afin de ne pas se faire repérer par l'adversaire. Historiquement, des "piquets" (bâtiments isolés, sous-marins ou bâtiment de surface) ou des écrans ASM et antinavires ont été positionnés en avant de la masse de bataille afin de déterminer l'axe de progression adverse et le volume de forces hostiles. L'éclairage, cependant, est fortement consommateur de forces devant, dès lors, être extraites du corps de bataille principal, certaines sources indiquant que de 15 à 20% des bâtiments britanniques étaient affectés à cette fonction durant la première et la seconde guerres mondiales. Les forces d'éclairage ont considérablement évolué par l'utilisation de sous-marins ou des aéronavales, quoi que les bâtiments de surface restent également utilisés."
Joseph Henrotin, Les fondements de la puissance navale au XXIe siècle, Economica, 2011, pp. 327-328.

lundi 15 juin 2015

Quelle salve pour le porte-avions ?


"Au-delà, les forces navales ont également vu diminuer le nombre de coups disponibles dans des missions antinavires, là où les croiseurs de la seconde guerre mondiale emportaient des centaines d'obus de gros calibre. Si la réduction quantitative s'est accompagnée d'une plus grande précision (les taux de coup au but des salves d'artillerie étaient fréquemment inférieurs à 10% durant la campagne du Pacifique), les modèles de simulation développés montrent que, toute choses égales par ailleurs, un léger avantage quantitatif s'avère déterminant voire décisif. De ce point de vue, il est intéressant de constater que les marines russe, indienne et chinoise cherchent de plus en plus fréquemment à doter leurs forces de surface de fortes capacités en missiles antinavires (de 16 à 20 unités). Dans le même temps, les unités de l'OTAN n'emportent plus, généralement, que 8 missiles."
Joseph Henrotin, Les fondements de la puissance navale au XXIe siècle, Economica, 2011, p. 322.

dimanche 14 juin 2015

Quelle cadence de tir pour le porte-avions ?

© Inconnu. Le CVN-78 Gerald R. Ford.
"L'instrument principal de combat a changé, mais la doctrine est fondamentalement restée la même."
Hervé Coutau-Bégarie, Le problème du porte-avions, Economica, 1990, p. 22

Le porte-avions, à bien des égards, a remplacé le cuirassé dans les marines de guerre, tant du point de vue opérationnel, le navire autour duquel s'articule toute la flotte, que sous l'angle symbolique puisqu'il incarne l'empire des mers. Les contraintes pesant sur la vitesse du porte-avions sont différentes du celle du cuirassé en ce sens que la batterie principale, le groupe aérien embarqué, est par nature plus véloce que n'importe quel navire existant, là où le navire de ligne devait pouvoir engager un adversaire ou dérober devant lui.

samedi 13 juin 2015

Quelle vitesse pour le porte-avions ?


© Inconnu.
"Ce n'est pas tant la vitesse de point d'un navire de la flotte qui compte mais bien la vitesse moyenne qui peut être tenue par l'ensemble des bâtiments, permettant de manœuvrer un dispositif homogène et de couvrir mutuellement toutes ses composantes. C'est là, par exemple, tout l'enjeu de la mise au point des propulsions nucléaires pour les navires de surface chargés de la protection des porte-avions américains, dont la vitesse était gage d'une manœuvre stratégique plus rapide."
Joseph Henrotin, Les fondements de la puissance navale au XXIe siècle, Économica, 2011, pp. 320-321.

Une des réflexions pouvant intéresser l'amateur des questions aéronavales à partir du livre phare d'Hervé Coutau-Bégarie, Le problème du porte-avions (1990, Economica), concerne la vitesse du porte-avions. Abordant celle prévue pour le Charles de Gaulle, il la justifie car ce bateau était alors considéré comme "bien trop lent".

vendredi 12 juin 2015

Deux croiseurs porte-hélicoptères pour remplacer la Jeanne d'Arc et le Colbert ?


Dans le chapitre sixième de l'ouvrage Le problème du porte-avions (éditions Economica, 1990), le professeur Hervé Coutau-Bégarie narre brièvement le chemin français vers l'aviation embarquée, depuis la Foudre (1911) jusqu'au Charles de Gaulle. Au passage, nous ne pouvons que vous conseiller Les porte-avions français des origines (1911) à nos jours de Francis Dousset qui est, selon nous, d'une richesse immense tant pour les projets de navires que de groupes aériens embarqués. Une réédition de l'ouvrage, enrichie des dernières archives, serait un bel hommage.

jeudi 11 juin 2015

Coque de Grand Navire Standardisée 200, 220 et 280

© Eric HouriLe Vladivostok (premier plan) et l'avant du Sébastopol en 2013.
Nous ne sommes pas allés au bout de notre démarche quand nous proposions une coque commune aux FLOTLOG et PA2/PA3. Pourquoi ne pas poser tout simplement la question de la construction en série des grandes unités de surface de la Royale ? René Loire pensait pour son Frappeur à une construction modulaire où poupe et proue, dont les organes de direction et de propulsion, viendraient encadrer des modules évolutifs. C'est une piste qui nous inspire.

dimanche 7 juin 2015

Renforcer la puissance navale française ? Le cas de l'archipel de Socotra

© Inconnu.


Nous poursuivons ces propositions débridées pour relancer la puissance navale française, à moindre frais. Ouvrons-nous une perspective nouvelle en portant notre intérêt sur des îles abandonnées. Aujourd'hui, notre regard tombe sur l'archipel de Socotra, au Sud du Yemen.
 

samedi 6 juin 2015

Jumboïsation des coques des FLOTLOG et PA2/PA3 ?


La flotte programmée dessinée à grands traits nous montrait la succession des programmes de renouvellement de la Marine nationale pour sortir les flottes des deux premiers tiers du XXIe siècle. Nous nous laissons aller à une hypothèse pour sortir les porte-avions français de deux hypothèses peu agréables. La première (2020-2025) est l'éventuelle commande orpheline d'un deuxième navire qui aurait peu en commun avec son devancier. La deuxième (2030-2040) est celle, toujours hypothétique, d'une commande couplée de deux unités pour remplacer et compléter le Charles de Gaulle. Il y a la possibilité de marier deux programmes sur la base d'une même coque : FLOTLOG et PA2/PA3.

jeudi 4 juin 2015

Frégate de Taille Intermédiaire Batch 2

© DCNS. La proposition des Arsenaux pour le Maritime Security Cutter Medium (MSCM) pour l'USCG.

Dans la cadre de la présentation du projet de loi sur l'actualisation de la loi de programmation militaire (2014-2019), le Chef d'État-Major de la Marine (CEMM) était auditionné devant la commission de la défense nationale et des forces armées à l'Assemblée nationale. Grâce à l'un des billets consacrés au sujet par Lignes de Défense, nous pouvons vous proposer de lire la propose de l'amiral devant les députés.

mercredi 3 juin 2015

1962 - 2015 : Les standardisations avortées de la flotte de surface

La Frégate Multi-Missions avant l'abandon de la mâture unique (12 septembre 2005).

Prenons le modèle d'une flotte de surface structurée autour de frégates polyvalentes, sorte de croiseurs modernes. Plus qu'un complément à un billet précédent sur les trois grands programmes de vaisseaux, nous vous proposer de regarder comment la flotte de surface de la Marine nationale aurait pu être profondément différente depuis 1962. Ce qui illustre les lourds impacts sur le plan naval (la flotte programmée) et les dépenses liées à la défense nationale sur deux ou trois décennies.

mardi 2 juin 2015

Accord aéronaval stratégique américano-indien en vue

© Inconnu. Lancement de l'INS Vikrant, porte-aéronefs de 262 mètres de longueur, 60 mètres de maître-bau pour 40 000 tonnes.
Après avoir bousculer les équilibres eurasiatiques vis-à-vis de l'Union soviétique en se rapprochant de la Chine (1969 - 1974), les États-Unis doivent conduire la manœuvre inverse : équilibrer la Chine. Face à l'impossibilité actuelle de renforcer la position de la Russie dont la diplomatie tend à se rapprocher de Pékin dernièrement, Washington soutiendrait un "nouvel" acteur dans ce triangle dont les relations ne sont plus l'apanage de Moscou : l'Inde.

lundi 1 juin 2015

FREDA : Aquitaine Flight II ?

© Wikipédia. Carlo Bergamini.

Libre à nous de consulter l'allocution prononcée par le ministre de la Défense à Lann-Bihoué le 29 mai 2015 pour présenter le volet maritime de l'actualisation de la loi de programmation militaire. Par rapport au document d'informations présentant le projet de lois, ou encore les commentaires relatifs à l'allocation orale, il y a des choses à lire.