Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





lundi 28 décembre 2015

L’arme sous-marine sur grand écran



Les films sur les opérations sous-marines, les vaisseaux noirs ou tout simplement les fonds marins (Abyss, 1989) sont presque un épiphénomène dans le monde du cinéma. Cette grosse quarantaine de films ne sont pas grand chose à l’aune de la production mondiale de cinéma. C’est peut-être même un décor oublié. Pourtant, les meilleurs films furent stimulés par les tensions du XXe siècle alors que les « zones grises » du XXIe n’inspirent pas ou plus. D’autant plus paradoxal que l’objet le plus complexe pensé par l’homme n’est pas le décor le plus difficile à investiguer tant les sous-marins musés ou retirés du service sont nombreux de par le monde…

vendredi 25 décembre 2015

Cinéma et Espace – La Lune, la fin des fantasmes ?

© NASA. Mission Apollo 17, 11 décembre 1972. L’astronaute Eugene A. Cernan (commandant), fait une courte vérification du LRV (Vehicule tout terrain lunaire) au début de la première sortie du module Apollo 17 (EVA-1) sur le site d’aterrissage de Taurus-Littrow.
Visitons quelques perceptions touchant à l’astre célestin par le biais d’une sélection de quelques films l’utilisant comme scène principale de l’action. C’est presque par nostalgie que nous vous proposons ces quelques lignes. La « conquête » ou exploration spatiale continue d’entretenir quelques ambitions pour Mars. Biens des hypothèses incluent la Lune comme point relais asservi à ce projet. Ce qui supposerait une station orbitale ou une base lunaire. La face cachée de la Lune, emplissant rêves et fantasmes depuis des siècles, ne manquerait pas alors de perdre totalement de son aura car habitée, visitée par machines et hommes régulièrement.


jeudi 17 décembre 2015

Star Wars – Épisode VII : Le Réveil de la Force


Le septième épisode de la saga « Star Wars » débutait ses projections depuis le 16 décembre pour quelques dizaines millions de chanceux – la force de l’exception culturelle française ? – avant d’envahir littéralement le monde à partir du 18, sans compter les quelques avant-premières. Depuis le rachat de Luscasfilm par Disney en 2012 pour 4 milliards de dollars, les enjeux sont colossaux. Les premiers films, formant véritablement une industrie, dégageaient plus de 27 milliards de dollars recettes. Est-ce que ce film inattendu relèvera les challenges financiers et économiques ? "Difficile à voir. Toujours en mouvement est l’avenir."


jeudi 10 décembre 2015

"No Room for Mistakes - British and Allied Submarine Warfare - 1939-1940" de Geirr H. Haar


C'est l'histoire d'une guerre sous-marine entre les Alliés et l'Axe dans les mers de Norvège, du Nord, de la Baltique et plus largement dans l'océan Atlantique. L'histoire des sous-mariniers Polonais, Français, Hollandais, Belges, Britanniques face aux Allemands est narrée par Geirr H. Haarr, auteur norvégien. Le tout édité par une maison anglaise, Seaforth Publishing. Et présenté aussi adroitement que possible par votre serviteur français. Comme un écho d'aujourd'hui à ces patrouilles d'hier. 

mercredi 9 décembre 2015

"British Aicraft Carriers - Design, Development and Service Histories" de David Hobbs


Nous avons eu l'extrême privilège de lire ce fabuleux ouvrage. Bien que comparaison ne soit pas raison, il ne peut qu'être l'équivalent britannique d'un ouvrage français trop peu cité : Les porte-avions français / des origines (1911) a nos jours (Francis Dousset, Paris, Presses de la Cité,1996). Dans un cas comme dans l'autre, le bel objet présente l'histoire aéronavale intégrale des ponts plats et des groupes aériens embarqués du pays concerné. Pour les Britanniques, le commander (CF) David Hobbs rend visite à l'histoire aéronavale britannique, source d'innovations et d'expériences riches et nombreuses.

mardi 8 décembre 2015

Défense des frontières fluviales de Guyane : une base mobile ?

© Wikipédia.
La Guyane est le plus grand département de France. Seul territoire continental européen en Amérique du Sud, elle nous donne deux frontières françaises avec le Suriname (510 km) à l'Ouest et le Brésil (730 km, notre plus longue frontière terrestre) au Sud et à l'Est. Bien que ces frontières soient fluviales en leur grande majorité à l'Ouest et à l'Est, dans leur totalité elles sont quasiment impraticables. Le dernier raid des "7 bornes" (2015) qui matérialisent notre frontière (Sud) avec le Brésil nécessitait "50 jours pour faire à pieds 320 kilomètres, soit des journées de marche de 10 à 12 heures au rythme de... 1km/h environ." Ne pourrions-nous pas contourner l'hostilité géographique guyanaise ? 

samedi 5 décembre 2015

Une opération maritime pour fixer l'ÉI


Nous souhaitons attirer l'attention sur l'absence d'un volet maritime aux opérations menées tant dans la bande sahélo-saharienne que contre l'État Islamique. Historiquement, nombre d'armées possédaient une "aile maritime" fixant une partie des troupes de l'adversaire. Tous les efforts militaires - dont l'engagement du Groupe Aéronaval - visent à la réduction de l'ÉI. Mais ils seraient vain si jamais un autre territoire ÉI se constituait en Libye, fédérant les groupes armées non-étatiques locaux (Boko Haram en première crainte). C'est pourquoi une opération maritime doit être lancée afin de fixer la menace.

mardi 1 décembre 2015

Soutenons Avionslegendaires.net !


Nous étions contacté par l'équipe du site Avionslégendaires.net. Ceux-ci doivent affronter une mutation de leur "modèle économique" afin de continuer à satisfaire leur passion : présenter et détailler les aéronefs militaires d'hier et d'aujourd'hui. Utilisateur régulier du site, je ne pouvais qu'être solidaire de leur appel ! Et si nous jetions un œil à leur offre de posters vintage ?

samedi 28 novembre 2015

"Chine, Iran, Russie - Un nouvel empire mongol ?" de Tomhas Flichy de la Neuville (dir.)


Nous avons eu le très grand plaisir de lire cet opus, trop court mais si dense ! Thomas Flichy de la Neuville nous livre avec ses camarades le pendant à un précédent ouvrage, Le basculement océanique mondial (Lavauzelle, 2013, 148 pages). Les deux sont parfaitement complémentaires, et ils ne peuvent qu'aider le lecteur à tenter de se faire une opinion des enjeux géopolitiques entre l'Océan et l'Eurasie. 

jeudi 26 novembre 2015

Attentats du 13 novembre 2015 - L'invocation de l'article 5 du traité de Bruxelles est-elle juridiquement envisageable ?

© REUTERS/Baz Ratner. Un Merkava IV israélien à la frontière avec le Liban en 2015.
Nous avons eu l'occasion de tenter une confrontation entre le groupe armé "État Islamique" et la définition de l'État par Carré de Malberg (1921). De concert avec Mars attaque, nous nous interrogions sur l'utilité de convoquer l'OTAN par l'article 5 du traité de Bruxelles (1949) alors que l'Union européenne se mobile sur le fondement de l'article 42-7 TUE et que les États-Unis accroissent de manière sensible leur coopération avec la France. Aujourd'hui, il nous fait tenter d'explorer une nouvelle hypothèse : et s'il n'était juridiquement pas fondé d'invoquer l'article 5 du traité de Bruxelles ?

mercredi 25 novembre 2015

Attentats du 13 novembre 2015 - La France aurait plus à perdre qu’à gagner de demander l’activation de l'article 5


Par Thibault Lamidel (Le Fauteuil de Colbert) et Florent de Saint Victor (Mars Attaque).

Contrairement à ce que certains préconisent (cf. notamment ici), la France ne doit pas demander suite aux attentats du 13 novembre l’activation de l’article 5 du traité de Washington, cette garantie de la défense collective de l’Alliance atlantique.

mardi 24 novembre 2015

Strategic Defence and Security Review 2015 : les attentes déçues de 2010 exaucées en 2015 ?

 © Inconnu. Les HMS Queen Elizabeth et Prince of Wales respectivement en achèvement à flot et en construction à Rosyth.
Le Prime minister David Cameron rencontrait le Président Hollande le 23 novembre matin, se recueillant devant le Bataclan, tout en dévoilant l'après-midi la Strategic Defence and Security Review (SDSR) de 2015, tant attendue de l'autre côté de l'English Channel. Les commentateurs britanniques reconnaissent dans les annonces deux priorités accordées à la puissance aérienne et aux forces spéciales. La Royal Navy n'est pas en reste car cette SDSR revient sur les attentes déçues en 2010. Cinq années de perdues ? 

vendredi 20 novembre 2015

Où sont les marines des États membres de l'Union européenne ?

http://navalanalyses.blogspot.fr/

Le blog Naval Analyses animé par @D__Mitch se fait régulièrement remarquer sur les réseaux sociaux par l'information relayée et analysée mais aussi par la qualité et la diversité des infographies proposées sur les marines mondiales. Après avoir dressé de beaux tableaux des marines européennes, l'auteur s'est essayé à représenter la puissance navale européenne. 

Le Président de la République annonçait devant le Parlement réuni en Congrès qu'il missionnait le ministre de la Défense de recourir à l'article 42-7 du Traité sur l'Union européenne afin de demander l'assistance des États membres de l'Union pour assister militairement la France "dans la mesure de leurs capacités". Sur le plan naval, il y a quelques marges de manœuvres pour traduire la solidarité en actes... 

jeudi 19 novembre 2015

L'État Islamique est-il un État ?

Poser cette question, c'est donner très peu d'éléments de réponses, et recevoir beaucoup de critiques car nous touchons aux confins du droit constitutionnel, de la science politique, des relations internationales, du droit international ainsi que d'un ensemble de sciences toutes aussi intéressantes et dont les animateurs sont très exigeant avec l'emploi des notions. Pourtant, nous nous risquons à marcher pieds nus dans ce champs de mines. 

mercredi 18 novembre 2015

FAMS : Frégate Anti-Menaces-Sous-marines ?

 © Inconnu. Le PSP Flamant, radier ouvert.
Le programme portant le Système de Lutte Anti-Mines du Futur (SLAMF) doit renouveler la composante de guerre des mines de la Marine nationale, donc ses Chasseurs de Mines Tripartites (CMT) mais aussi ses Bâtiments Base de Plongeurs Démineurs (BBPD). Ce système à "trois étages", pour reprendre l'expression utilisée dans Cols Bleus, comprend un bateau-mère déployant des drones de surface opérant eux-mêmes des drones de surface (USV) et sous-marins (UUV). Eu égard à l'évolution de la menace posée par les mines sous-marines, nous nous interrogeons sur la prise en compte de la menace opérationnelle posée par les sous-marins de poche et côtiers, agissant comme une "mine intelligente". 

lundi 16 novembre 2015

Un Groupe Aéronaval en configuration haute intensité ?


Les bruits de coursives entourant la très prochaine projection du Groupe Aéronaval (GAn) laissent entrevoir un format du groupe aérien embarqué, manifestement, inédit depuis l'entrée eu service du Charles de Gaulle en 2001. La prochaine mission du GAn sera révélatrice des ambitions françaises dans l'évolution de la mission Chammal au-dessus de l'Irak et de la Syrie. Les configurations, tant du groupe naval lui-même que du Groupe aérien embarqué (Gaé) démontreront le niveau d'engagement retenu.

dimanche 15 novembre 2015

Retrouver le Trésor ?

© HERGE. Le trésor de Rackam le Rouge.
"Nous sommes en guerre. Nous prenons donc des mesures exceptionnelles. Et cette guerre, nous la gagnerons." Le Premier ministre s'exprimait en ces termes sur le plateau du journal télévisé de 20h de TF1 (14 novembre 2015).

Le nerf de la Guerre demeure l'argent. Certains arguent qu'il faut desserrer l'étau budgétaire découlant des traités européens. Et pourquoi pas, puisque nous sommes en guerre, prendre notre courage à deux mains ? C'est-à-dire s'attaquer aux incohérences de notre budget qui grève nos marges de manœuvre financière et pèse sur notre souveraineté financière (un thème fort du livre blanc de 2013). Cela ne dépend que de nous.

samedi 14 novembre 2015

Du discours à la déclaration ?

LP/Humberto de Oliveira
Le Président de la République s'est exprimé les vendredi 13 et samedi 14 novembre sur la série d'attentats qui viennent de frapper la capitale. Nous nous proposons de discuter d'une hypothèse afin d'oser la visite des arcanes des mécanismes constitutionnels mis en œuvre, et sur quoi ils peuvent logiquement déboucher. Nous n'en avons aucunement l'habitude, et nous risquons fort d'être maladroit, nous en avons conscience. Autant le discours, le vocabulaire et les qualifications retenues dans la parole présidentielle que les décisions prises invitent à questionner la réunion du Parlement en Congrès à Versailles lundi prochaine.

jeudi 12 novembre 2015

Renforcer la puissance navale française ? La transition énergétique

© SkySails GmbH. Le BBC SkySails tracté par sa voile.
Le coût global d'un navire de combat est pensé dans une démarche écologique, de sa conception à sa déconstruction. Mais aussi dans un souci de rationalisation financière en raison de la pression budgétaire. Les coûts de construction sont abaissés par le recours aux normes marine marchande pour une partie de la Flotte (frégates de troisième rang, navires de l'AEM, amphibie). Le volume des équipages a été divisé par deux ou trois. L'entretien des bateaux voit l'industriel de référence, DCNS, être mis en concurrence avec d'autres entreprises. Reste le poste énergie qui n'a pas encore connu de rupture. 

mercredi 11 novembre 2015

Stratégie nationale (du statu quo) de sûreté des espaces maritimes


" Il y a aussi l'immensité de notre espace maritime. Et les Outre-mer ont un rôle primordial – sur les 5 continents – pour notre présence dans le monde. Tout comme l'ensemble de nos compatriotes qui sont établis et travaillent à l'étranger. "
Le Premier Ministre Manuel Valls, discours de politique générale (8 avril 2014).

Depuis son entrée en fonction, le Premier ministre Manuel Valls multiplie les références aux espaces maritimes français et affirmait nourrir une ambition maritime. C'est ce qu'il énonçait dans un discours d'ouverture des 10e assises de l'économie de la mer à Nantes le 2 décembre 2014 quand il annonçait que la France allait se doter d'une stratégie nationale de sûreté des espaces maritimes, complétant celle de l'Union européenne. Et le moins que nous puissions relever à travers la publication de cette stratégie nationale de sûreté des espaces maritimes, c'est que le Premier ministre a tenu parole, et ce document est même plus ambitieux que le livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013 sur quelques points !

mardi 10 novembre 2015

"The Great War at Sea - A Naval Atlas, 1914-1919" de Marcus Faulkner


L'historien naval britannique Marcus Faulkner (King's College de Londres ; @NavalHistWar) nous offre un magnifique atlas sur les combats navals de la Première Guerre mondiale (28 juillet 1914 - 11 novembre 1918) à l'intervention des puissances occidentales dans la guerre civile russe (1918-1919).  

The Great War at Sea - A Naval Atlas, 1914-1919 (Barnsley, Seaforth Publishing, 2015, 192 pages) est introduit par Andrew Lambert, autre professeur de la guerre navale officiant dans la même institution. Les cartes sont de Peter Wilkinson qui mérite amplement d'être cités eu égard à la qualité de son travail. 

lundi 9 novembre 2015

Une cyber réserve citoyenne au service de l'EMM et des bateaux ?

http://cambuse.e-monsite.com/boutique/castex-le-grand-etat-major-naval.html


Le cyberespace présente l'intérêt d'être une sphère à la portée universelle car sa couche physique est ancrée dans tous les milieux naturels (Terre, Mer, Air, Espace). Ce qui permet une distorsion de la courbe espace-temps (égale dans les milieux striés) au bénéfice du temps. Ces caractéristiques pourraient être exploitées afin d'augmenter le volume de travail potentiel de chaque navire, voire de l'état-major de la Marine, sans augmenter le budget. Mais en utilisation au mieux les potentiels services de la réserve.


samedi 7 novembre 2015

Densifier l'Arsenal : Tram-train de la BDD Brest-Lorient

© Wikipédia.

À l'approche des élections régionales de fin d'année, la question des transports (une compétence de cette collectivité territoriale) nous intéresse soudainement. Et si, finalement, le ministère de la Défense pouvait participer à l'aménagement du territoire, non pas contre mais de son plein gré ? Premier épisode, le tram-train Brest-Lorient. 

jeudi 5 novembre 2015

"Géopolitique de la France" par Olivier Kempf

 

Nous achevons la lecture de Géopolitique de la France - Entre déclins et renaissances (Paris, Technip, 2012, 220 pages). Olivier Kempf avance que la géopolitique de la France serait un tabou (social, religieux, politique). Il dépeint un tableau qui mesure aussi bien les forces et les faiblesses de la représentation géopolitique française, ainsi que les vraies-fausses images d'Épinal à oublier. 

lundi 2 novembre 2015

HIL Marine ?


Alouette III de la 34F en 1979 à Landivisiau.


La Loi de Programmation Militaire 2014-2019, votée en 2013, était actualisée en 2015. A ces deux occasions, le programme HC4 (Hélicoptère de Combat de la classe des 4 tonnes) devenu HIL (Hélicoptère Interarmées Léger) n'était pas retenu dans les priorités de la programmation. Aux dernières nouvelles, la cible était de 188 machines. Le programme est renvoyé à la prochaine LPM (2015-2020). Pourtant, comme pour d'autres matériels, il y a urgence puisque des Alouette III mènent encore des missions opérationnelles. Une voilure tournante dont le premier vol remonte au 28 février 1959. La Marine réceptionnait les premiers exemplaires de sa commande en 1962... 

L'enjeu du programme HIL est de donner l'allonge nécessaire aux frégates de deuxième et troisième rang pour occuper la double bande, les zones économiques exclusives sous juridiction française (200 nautiques) au large, la bande littorale des 200 km où se concentre 80% de la population mondiale d'autre part. Soit une interface aéromaritime de près de 600 km où se concentre l'essentiel de l'action.

mardi 27 octobre 2015

FTI : frégate de premier rang deuxième classe

© Thales.
Nous lisons avec grand intérêt l'audition du Chef d'Etat-Major de la Marine nationale (CEMM), l'amiral Rogel, devant la commission de la Défense et des forces armées de l'Assemblée nationale. Le citoyen peut y apprendre beaucoup de choses, dans des échanges des plus pragmatiques et réalistes sur l'état du décalage entre le contrat opérationnel découlant du livre blanc, la Loi de Programmation Militaire (LPM) et son exécution. Au sujet de la Frégate de Taille Intermédiaire (FTI), la situation se précise par rapport à l'actualisation de la LPM

dimanche 25 octobre 2015

Le D'Entrecasteaux en essais à Brest

© Michel Floch.
C'est avec un plaisir certain, à la veille de la nouvelle semaine, que nous recevons ces magnifiques clichés du D'Entrecasteaux (lors de son passage dans le goulet de Brest) de la part d'un bien généreux lecteur, M. Michel Floch.


mercredi 21 octobre 2015

Vélocité stratégique dans les espaces lisses et striés

© Command & Conquer Renegade

De nombreux débats géopolitiques et géostratégiques agitent les esprits dans la rivalité entre la Terre et la Mer, notamment en matière de mobilité stratégique. Nous entendons la "mobilité" comme un terme bien plus compliqué qu'il n'y paraît, c'est pourquoi nous nous restreignons à évoquer la vélocité, ce qui nous semble plus précis et moins large.

mardi 20 octobre 2015

La Marine nationale, membre d'une 1000-ships navy en cours de constitution ?

 © US Navy. Le Jean Bart intégré au CSG de l'USS Carl Vinson.

"En fait, la collaboration navale contemporaine apparaît comme une véritable obligation pour tout État entendant participer aux affaires internationales. L'hégémonie s'exerce à présent non plus par la recherche de domination d'un seul sur tous - débouchant logiquement sur des courses aux armements et, plus largement, à la puissance - mais bien par des agendas politiques entendant mettre en oeuvre et étendre des régimes de sécurité collective."
Joseph Henrotin, Les fondements de la puissance navale au XXIe siècle, Economica, 2011, pp. 48-49.

lundi 19 octobre 2015

"RETREAT FROM RANGE - The Rise and Fall of Carrier Aviation" By Dr. Jerry Hendrix

© CNAS.
Le camarade Philippe relayait sur Twitter une belle pépite qu'il a l'art et la manière de trouver et partager. Ce rapport du CNAS (Center for a New American Security) rédigé par le Dr. Jerry Hendrix est d'un intérêt rare. Et mérite toute notre attention, bien que nous n'ayons pas encore eu le temps de le lire en détail.

mardi 13 octobre 2015

Canonnière A2/AD en Caspienne ou Navy scare ?

© REUTERS/Ministry of Defence of the Russian Federation. Des navires militaires stationnés dans mer Caspienne, ce mercredi 7 octobre 2015.

Nous sommes plusieurs observateurs à nous rejoindre sur un point précis à propos de la démonstration navale russe.
C'est le fait d'une canonnière (gunboat) - ce petit navire au pouvoir stratégique démesuré par rapport à son tonnage -, elle serait peut-être à rapprocher du concept de "caporal stratégique". Il y eu celle qui appuya les conquêtes coloniales, celle qui, dotait de missiles anti-navires, bouleversa les engagements et maintenant, celle qui, par le missile de croisière, voit l'influence de la mer décuplée, même à l'ère aéronavale. Bien que l'embarquement de missiles à très longue portée ne soit pas tellement une nouveauté. 

Cette nouvelle canonnière, façon russe, ne cesse d'interpeller le rapport entretenu par l'Occident (au sens très large : Europe, États-Unis, Japon, Corée du Sud, Australie, etc) avec la domination aérienne. Ce qui accréditerait le discours ambiant sur les menaces A2/AD (Anti-Access/Area-Denial) et démontrerait une certaine égalisation technologique avec les challengers (Russie, Chine, Iran ?).

lundi 12 octobre 2015

Le Cercle des Rois de Kautilya


L'auteur indien Kautilya nous laisse en héritage Arthasastra. Nous en trouvons un extrait à travers le livre au titre éponyme - Arthasastra - Traité politique et militaire de l'Inde ancienne (Paris, Éditions du Félin, 1998) -, présenté par Gérard Chaliand. Il s'agit d'une sélection d'articles, d'extraits de l'oeuvre de Kautilya à destination des souverains de son époque, ce qui n'est pas sans rappeler un certain Machiavel, plus ou moins vingt siècles avant lui.

samedi 10 octobre 2015

Stratégie maritime et combat cyber-électronique

© Inconnu.

Aymeric Bonnemaison et Stéphane Dossé (Attention : Cyber ! Vers le combat cyber-électronique, Economica, 2014) soutiennent la fusion-absorption des sphères électronique et cyber. C'est-à-dire qu'il faudrait entendre cette dernière comme « l'espace des systèmes informatiques de toute sorte connectés en réseaux et permettant la communication technique et sociale d'informations par des utilisateurs individuels ou collectifs. » (Olivier Kempf, Introduction à la cyberstratégie, 2012, p. 14). Définition à laquelle il faudrait préciser que le moyen d'échanges des données serait tout le spectre électromagnétique. Les procédés opérationnels auraient alors tendance à se recouper. D'autres auteurs, dont Olivier Kempf, ne remettent pas en cause une partie sécante aux deux sphères mais doutent de cette fusion-absorption.

vendredi 9 octobre 2015

"Le grand échiquier de Poutine" d'Olivier d'Auzon


Après la tentative de commentaire au sujet de la salve de missiles de croisière tirée par la VMF, nous ne pouvons que nous interroger sur le fait naval russe en Méditerranée et, de facto, sur toute la stratégie de Moscou allant de l'Ukraine à la Syrie. Nous trouvons à ce sujet beaucoup d'éléments de réponse, de mise en perspective dans le livre d'Olivier d'Auzon, publiés aux éditions Lavauzelle. 

jeudi 8 octobre 2015

Démonstration navale russe depuis la Caspienne

© Twitter. Tir de missile Kalibr en mer Caspienne.
Le portail des forces navales de la Fédération de Russie (ou RusNavyIntelligence pour les intimes) le remarque avec finesse : pour célébrer l'anniversaire de Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie, la flottille de la mer Caspienne tirait - officiellement - une salve de 26 missiles de croisière. Le fait d'armes est triplement symbolique : Poutine est l'homme qui a décidé de redresser la puissance maritime Russe depuis le drame du Koursk, il joue les cartes Russes sans faute depuis la crise ukrainienne et c'était son anniversaire.

jeudi 17 septembre 2015

Entretien de TB/Le Fauteuil avec le député Gwendal Rouillard sur la dimension navale de la LPM 2015

© Inconnu. Le CEMM Amiral Bernard ROGEL et le député Gwendal ROUILLARD.

La France possède le deuxième domaine maritime mondial derrière les Etats-Unis. Avec des terres éparpillées sur toutes les mers du globe représentant 11 millions de kilomètres carrés, les enjeux géopolitiques, économiques, stratégiques et culturels sont énormes. Pourtant, curieusement, la France néglige depuis des décennies cette dimension. Le Centre d’études stratégiques de la Marine, en partenariat avec Theatrum Belli depuis plusieurs années, a entrepris de sensibiliser les citoyens sur le défi de la « maritimisation » à travers la publication de textes, études, thèses. Des associations scientifiques et éducatives ont vu le jour comme Océanides et des magazines et des sites comme Cols bleusMarine et forces navales et Marine & Océans participent avec brio a ce rayonnement, sans oublier les salons internationaux Euronaval et Euromaritime.


Dans le cadre naval de la Loi de programmation militaire 2015 actualisée, Theatrum Belli a rencontré le député du Morbihan Gwendal Rouillard, secrétaire de la commission de la Défense nationale et des forces armées à l’Assemblée nationale. Il a été le co-rapporteur de la mission parlementaire préparant la prochaine Loi de programmation militaire (LPM) 2014 – 2019) et a présenté à l’automne 2014 son dernier rapport sur l’évaluation du dispositif militaire en Afrique et le suivi des opérations au Mali et en RCA. Depuis janvier 2015, il est rapporteur du budget de la Marine nationale de la commission de la Défense nationale et des Forces armées.


Passionné de « l’Afrique », du « monde arabe » et de la « Méditerranée », il effectue régulièrement depuis une quinzaine d’années, de nombreux déplacements dans ces régions. Proche de Jean-Yves Le Drian, il est son ancien attaché parlementaire et collaborateur au cabinet de la région Bretagne, en charge notamment des questions de défense.


Propos recueillis par Thibault LAMIDEL pour Theatrum Belli (16 septembre 2015).

dimanche 26 juillet 2015

Le SCAF ira-t-il sur la galère ?

© Inconnu. The X-47B UCAS first taxied on the deck of the USS Harry S. Truman (CVN-75) during deck handling trials conducted in Nov, Dec 2012.
C'est peut-être l'un des plus importants programmes d'armement, avec la dissuasion nucléaire, tout en étant le moins sujet aux commentaires et analyses dans les médias. Le Système de Combat Aérien du Futur (SCAF) ne vise rien de moins que de préparer la succession du Rafale, l'avion de combat de la France. Le programme Rafale déplace un coût global de 46,4 milliards d'euros (soit 18 porte-avions). Et pourtant, son successeur ne prépare toujours pas complètement l'avenir du vecteur aérien armé en France, voire dans toute l'Europe.

samedi 25 juillet 2015

L'apport du groupe aéronaval du Foch au dispositif aérien français au Kosovo (26 janvier - 3 juin 1999)

Le porte-avions Foch de retour de la mission Trident (Kosovo) après 119 jours en opérations.

L'intervention du groupe aéronaval français dans le cadre du dispositif aérien mis en œuvre par la France pour sa participation à l'opération otanienne Allied Force (l'opération Trident) fait montre des qualités habituelles de cet outil. Cependant, la grande originalité de cette expérience est de démontrer la pertinence de ces mêmes qualités dans une mer aussi resserrée que l'Adriatique là où, justement, le porte-avions ne pourrait pas théoriquement opérer selon un panthéon d'adversaires.


vendredi 24 juillet 2015

L'échec du premier porte-avions franco-indien (31 janvier 1988 - août 2004)


L'Inde envoyait "en urgence" une demande d'informations (RFI), il y a une semaine, à Lockeed Martin, BAE et DCNS qui devaient y répondre hier. Cet empressement est à relever eu égard au tempo des programmes d'armement indiens. D'autres commentent cette nouvelle étape pour l'acquisition d'un troisième porte-avions/aéronefs en Inde. Proposons modestement un commentaire rapide sur le sort du premier projet franco-indien pour la construction d'un à deux porte-aéronefs en Inde.

dimanche 28 juin 2015

31 mars 1932 : vote des crédits pour la construction du Dunkerque

© SHD Marine / Toulon / 5U1). Le Dunkerque en achèvement à flot dans l'arsenal de Brest (octobre 1935).

Nous avions commencé à relever en quelles circonstances les grandes unités de la Marine pouvaient être l'objet d'une commande de la part de l'autorité politique dans la France du XXe siècle. Philippe Querel (Vers une marine atomique - La marine française (1945 - 1958), Bruxelles, Emile Bruylant, 1997) soulignait combien l'illustration opérationnelle d'une grande unité ou son absence pouvait être favorable aux décisions de mise en chantier. En cela, la guerre d'Indochine (1946-1954) et la crise de Suez (1956) favorisèrent la mise sur cale des Clemenceau (1955) et Foch (1957). L'effet sur le climat politique s'estompant progressivement quand la Marine poussait le PA58 (45 000 tonnes) puis le PA59 (33 000 tonnes) jusqu'en 1961.

samedi 27 juin 2015

Navire à Effet de Surface de Surveillance des Intérêts Économiques


En annexe au précédent billet, nous pouvons signaler un avant projet dont nous avons peut-être l'apparence sans que son existence semble avoir transpiré hors des revues anciennes : le NESSIE (Navire à Effet de Surface de Surveillance des Intérêts Économiques).  Son existence est rapportée dans la revue de l'ACORAM : Marine (n°126, janvier 1985, p. 44).


vendredi 26 juin 2015

Escorteur Océanique Léger à Effet de Surface

© DCN. Le navire à effet de surface EOLES présenté dans la revue de l'ACORAM, Marine (n°126, janvier 1985, p. 44).
L'Amiral Lannuzel, alors chef d'état-major de la Marine (1976-1982), évoquait, en 1978, l'idée d'un escorteur océanique lourd à effet de surface (~8000 tonnes). Nous avons le très grand plaisir de vous présenter l'avant-projet de l'Escorteur Océanique Léger à Effet de Surface (EOLES) tel qu'il était présenté à la neuvième exposition des matériels pour les forces navales au Bourget (22 - 27 octobre 1984). Bien que l'EOLES soit relativement connu, au moins des deux côtés de l'Atlantique, il était surprenant qu'aucune illustration ne soit disponible sur la toile jusqu'à ce jour. 

mercredi 24 juin 2015

Le Groupe Aéronaval du Béarn à la poursuite de l'Amiral Graf Spee (5 octobre - 17 décembre 1939)

© Inconnu. Le porte-avions Béarn revêtu de sa peinture "razzle dazzle" probablement en 1939.

Le livre Histoire des porte-avions (Paris, Fernand Nathan, 1980) d'Antony Preston - qui commettait aussi l'Histoire des destroyers (Paris, Fernand Nathan, 1980) et Histoire des croiseurs (Paris, Fernand Nathan, 1981) - réserve quelques surprises à son lecteur français car le fait aéronaval tricolore y est traité. Et à cette occasion nous découvrons un épisode très peu connu où le porte-avions Béarn était engagé au combat.

mardi 23 juin 2015

Des cuirassés Polaris ?

Nous avons eu le plaisir de lire la prose du chef d'état-major de la Marine, l'Amiral Cabanier (1er juillet 1960 - 1er janvier 1968) dans la revue de l'ACORAM : Marine (n°43, avril 1964, pp. 41-46). Ce sont des extraits d'une allocution prononcée par le CEMM devant le Syndicat de la Presse maritime au cours d'un déjeuner (17 octobre 1963).

lundi 22 juin 2015

Renforcer la puissance navale française ? La Base Aéronavale Déplaçable

© Inconnu. Le hangar ouvert à bord de La Galissonnière (T56).



La surveillance des espaces maritimes de l'Archipel France (11 millions de km² de zones économiques exclusives) est un défi stratégique. La dévolution de nouvelles prérogatives étatiques dans ces espaces, compris entre la mer territoriale (12 nautiques depuis la ligne de base) et la limite des 200 nautiques, par la Convention des Nations unies sur le Droit de la Mer (CNDUM), obligent les États à augmenter leurs capacités de SURveillance MARitime (SURMAR).

jeudi 18 juin 2015

Escorteur Océanique Lourd à Effet de Surface

Essais de l'AGNES 200 avec un Dauphin.
Dans les années 1970, un fort courant portait des solutions navales innovantes, voire en rupture, pour atteindre de fortes vitesses. La France détenait le record mondial de vitesse pour un navire militaire avec Le Terrible (classe Fantasque) qui atteignait 45,02 nœuds aux essais dans l'entre-deux-guerres. Les nouvelles solutions voulaient dépasser les 50 nœuds et plus, ce qu'elles firent pour certaines d'entre elles.

mardi 16 juin 2015

Quelle portée pour le porte-avions ?

© U.S. Navy. Un B-25 décolle depuis l'USS Hornet (CV-8) le 18 avril 1942. L'Hornet participera également à la bataille de Midway (5-7 juin 1942).
"À toutes les époques de la stratégie navale, la disposition d'une capacité d'éclairage, permettant de localiser les flottes adverses, a presque systématiquement été considérée comme cruciale. La gigantesque superficie des mers et océans et la faible taille comparative des flottes (en particulier lorsqu'elles étaient regroupées afin de faciliter les communications entre les bâtiments les composant) imposaient de pouvoir détecter puis pister l'adversaire. Les capacités d'éclairage et de reconnaissance - et les contre-mesures qui peuvent leur être apportées - ne relèvent pas uniquement de l'utilisation des capteurs installés sur les bâtiments d'une flotte qui, au demeurant, peut avoir intérêt à ne pas utiliser ses radars afin de ne pas se faire repérer par l'adversaire. Historiquement, des "piquets" (bâtiments isolés, sous-marins ou bâtiment de surface) ou des écrans ASM et antinavires ont été positionnés en avant de la masse de bataille afin de déterminer l'axe de progression adverse et le volume de forces hostiles. L'éclairage, cependant, est fortement consommateur de forces devant, dès lors, être extraites du corps de bataille principal, certaines sources indiquant que de 15 à 20% des bâtiments britanniques étaient affectés à cette fonction durant la première et la seconde guerres mondiales. Les forces d'éclairage ont considérablement évolué par l'utilisation de sous-marins ou des aéronavales, quoi que les bâtiments de surface restent également utilisés."
Joseph Henrotin, Les fondements de la puissance navale au XXIe siècle, Economica, 2011, pp. 327-328.

lundi 15 juin 2015

Quelle salve pour le porte-avions ?


"Au-delà, les forces navales ont également vu diminuer le nombre de coups disponibles dans des missions antinavires, là où les croiseurs de la seconde guerre mondiale emportaient des centaines d'obus de gros calibre. Si la réduction quantitative s'est accompagnée d'une plus grande précision (les taux de coup au but des salves d'artillerie étaient fréquemment inférieurs à 10% durant la campagne du Pacifique), les modèles de simulation développés montrent que, toute choses égales par ailleurs, un léger avantage quantitatif s'avère déterminant voire décisif. De ce point de vue, il est intéressant de constater que les marines russe, indienne et chinoise cherchent de plus en plus fréquemment à doter leurs forces de surface de fortes capacités en missiles antinavires (de 16 à 20 unités). Dans le même temps, les unités de l'OTAN n'emportent plus, généralement, que 8 missiles."
Joseph Henrotin, Les fondements de la puissance navale au XXIe siècle, Economica, 2011, p. 322.

dimanche 14 juin 2015

Quelle cadence de tir pour le porte-avions ?

© Inconnu. Le CVN-78 Gerald R. Ford.
"L'instrument principal de combat a changé, mais la doctrine est fondamentalement restée la même."
Hervé Coutau-Bégarie, Le problème du porte-avions, Economica, 1990, p. 22

Le porte-avions, à bien des égards, a remplacé le cuirassé dans les marines de guerre, tant du point de vue opérationnel, le navire autour duquel s'articule toute la flotte, que sous l'angle symbolique puisqu'il incarne l'empire des mers. Les contraintes pesant sur la vitesse du porte-avions sont différentes du celle du cuirassé en ce sens que la batterie principale, le groupe aérien embarqué, est par nature plus véloce que n'importe quel navire existant, là où le navire de ligne devait pouvoir engager un adversaire ou dérober devant lui.