Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





vendredi 5 avril 2013

Tigre de papier ou COMOCO - Vers une Armée de Terre expéditionnaire


http://infos.fncv.com/public/2013/mali-caesar-canon-artillerie-france.jpg
© Inconnu. Un CAESAR au Mali.

Pascal Ramounet nous offre un billet de sa plume pour nous présenter sa réflexion sur le devenir de l'Armée de Terre dans le contexte actuel.


La première remarque que suscite l’observation de l’armée de terre est la disproportion entre ses effectifs, ses équipements, et sa capacité à les mobiliser en un temps donné.
Il suffit que quelques hommes soient envoyés ici et là sur des opérations extérieures, pour que l’asphyxie soit proche.
A quoi donc sert-il d’être doté de 4000 VAB, 630 VBCI, 250 chars LECELRC, quand l’usage de quelques uns épuise les capacités de nos armées.
Le débat sur la réduction du format de l’armée de terre est dépassé. La réalité l’a tué.
La vraie question est de savoir quel est le format cohérent permis par la capacité budgétaire de la France.
  1. Une absence manifeste de cohérence
L’adjectif cohérent prend toute son importance, quand à côté de 3500 VAB, 2000 camions logistiques 8X8 Astra, 630 VBCI, nous ne disposons que de 4 drones HARFANG mis à rude épreuve par la campagne Afghane, de 2 NH90 (!!!) destinés à remplacer les valeureux mais antiques hélicoptère PUMA à bout de potentiel, de 37 hélicoptères de combat TIGRE, 7 ans après leur première mise en service ….
Le comble est atteint avec le parc de chars LECLERC :
  • plus de 450 commandés par l’AT,
  • 250 « en service »,
  • 29 véritablement disponibles (parc d’alerte et de gestion…..) …..au sein de 4 ( ! ) régiments de chars de combat
Le 15 octobre 2008, lors de son audition par la commission de la défense de l’assemblée nationale le général IRASTORZA (CEMAT de l’époque) «  Statistiquement, le char LECLERC…tombe en panne au bout de 36 heures de fonctionnement ….. L’armée de terre dispose pour 140 chars LECLERC opérationnels (le chiffre tombé depuis à 42) d’un crédit de fonctionnement moteur de 2 h par semaine » 
Les exemples pourraient être multipliés.
L’armée française serait-elle un tigre de papier ?
L’impression est que le format et la configuration de l’AT sont davantage le résultat de l’affrontement de groupes de pressions, que le fruit d’une réflexion cohérente.
Le lobby militaro-industriel, est souvent dénoncé. La pression des chapelles internes à l’AT devrait également l’être. Ainsi l’acquisition récente de 13 LRU, dont les perspectives d’emplois sont plus que marginales laisse perplexe.
Une armée compacte, mobile, disponible, bien articulée et bien entrainée, formant un ensemble cohérent a-t-elle d’avantage de valeur militaire qu’une armée de papier, issue de la juxtaposition de choix hétérogènes dictés par l’influence des uns et des autres.
http://infos.fncv.com/public/2013/.qatar-char-leclerc-camouflage-sable_m.jpg
© Inconnu. Char Leclerc à l'exercice Gulf Falcon au Quatar.
II – Le principe COMOCO
« Dans un contexte où l’engagement en haute intensité est peu probable et où les intérêts vitaux de la France sont préservés par la dissuasion, il faut accepter que la vocation première de l’armée de terre soit désormais d’être la défense des intérêts de la France au plus vite, au plus loin et au moindre coût »Michel GOYA (DSI HS 27)
« Le rôle des forces terrestres et la nature de leurs opérations dimensionnantes, devrait donc demeurer de nature expéditionnaire, mais avec des temporalités différentes……. C’est sur la capacité à affirmer une supériorité opérative claire que résideront les clés du succès ». Benoît BIHAN (DSI HS 27)
Quelques constats s’imposent :
1/ La France n’a plus d‘ennemi à ses frontières terrestres ;
2/ Le défense militaire de ses intérêts s’opère en conséquence au -delà de ses frontières : espace littoral et aérien, espace terrestre extra hexagonal ;
3/ Son armée de terre doit en conséquence être configurée dans un objectif de projection, dont la poursuite dépend essentiellement de deux paramètres  liés : La masse à projeter, la capacité de projection.
4/ Son réseau d’alliances diplomatiques exclut la situation où la France aurait à subir seule une attaque militaire majeure de ses intérêts.
Ces préalables dessinent les contours d’une armée de terre capable de conduire seule et avec succès hors de frontières hexagonales des combats du fort au faible ou de participer à une action militaire multinationale.
Trois caractéristiques fortes :
  • La Cohérence
  • La Mobilité,
  • La Compacité
Il s’agit d’une armée de terre COMOCO (cohérente, mobile, compacte).
1/ Cohérente
Cela a déjà été dit, l’armée de terre ne doit pas être conçue par sédimentation de décisions successives. Son format, son organisation, ses équipements doivent être déterminés dans leur ensemble dans un même temps.
Le choix ne doit pas se faire, à coût budgétaire équivalent, entre 4 hélicoptères TIGRE ou 3 drones MALE ou 10 VBCI, mais en considérant le rapport indispensable entre nombre de drones, d’hélicoptères de combat et des véhicules de combat d’infanterie pour mener une action efficace, dans un cadre d’emploi de référence.
La cohérence en matière d'équipement se traduit par l'absence de maillon faible qui serait de nature à fragiliser l'ensemble du dispositif. Un maillon faible c'est l'absence ou l'insuffisance d'équipement nécessaire à la cohérence de l'ensemble (exemple des drones) ou un équipement manifestement obsolète qui ruine l’efficacité permise par la qualité des autres équipements.
2/ Mobile
La mobilité opérative d’une force appelée à intervenir hors de son territoire dépend des capacités de projection disponibles. Celles de la France se limitent à deux vecteurs principaux : 3 BPC pour la voie maritime, 50 hypothétiques A 400 M, à l’avenir, pour la voie aérienne.
Cette capacité est structurante. Elle doit commander le format, l’organisation et les équipements de la future AT.
La capacité de projection aérienne, en particulier, devrait imposer le gabarit des véhicules blindés appelés dans le cadre du programme SCORPION à remplacer les AMX 10 RC, les SAGAIES et les VAB.
Un A 400 M peut transporter dans une soute de moins de 18 m de long une charge de 30t sur 4500kms.
*On entend souvent que le VBRM, futur remplaçant des VAB, prendrait la forme d’un véhicule blindé à roues de la classe des 20t. C’est une hérésie, quand l’AT dispose d’un nombre suffisant de VBCI de 28t. Au côté d’un EBRC de moins de 30t qui pourrait pour des raisons d’économie et de logistique être issu du VBCI (train roulant et appareil propulsif) les nécessités d’une projection d’urgence appellent des véhicules de la classe des 10 t, comme le CRAB et le PVP XL de PANHARD. Ainsi ,3 A 400M pourraient transporter à 4500 km, un module de 2 CRAB, 4 PVP XL et 3 VBL
3/ Compacte
La compacité résulte naturellement des scénarios d’emploi de l’AT (intervention asymétrique limitée et contribution à une force multinationale), de la capacité de projection, et, en toutes hypothèses, des contraintes budgétaires de la France.
En matière militaire, le nombre est une qualité essentielle. Pour des raisons de coût, les armées occidentales ne peuvent associer le nombre et la qualité des équipements. Renoncer à des équipements performants, c'est-à-dire à une forme de supériorité à priori sur l'adversaire, c'est accepter la possibilité de pertes humaines nombreuses. Les sociétés occidentales, qui refusent l'idée de la mort, ne peuvent faire ce choix. L'occident, pour des raisons financières et socioculturelles est condamné à choisir la course technologique comme palliatif à des effectifs décroissants.
http://idata.over-blog.com/4/22/09/08/France/Armee-de-Terre/VBCI/VBCI-couv-tim-dossier-equipement.jpg© Inconnu.
III - Proposition d’organisation
Peu de moyens budgétaires et des moyens de projection limités signifient d’évidence une armée de terre au format de nouveau réduit.
Les conditions d’emploi envisagées conduisent à classifier les forces en fonction de leur capacité de projection, et en corollaire de leur puissance et de leur capacité à durer dans la zone de conflit.
Le recours systématique  au GTIA lors des récentes OPEX, montre que l’organisation traditionnelle est devenue surannée.
Les contraintes de projection et la variabilité des conflits soutiennent le principe d’une armée modulaire, étant admis que cette modularité ne doit pas affecter la cohésion.
Il est proposé pour résoudre ce paradoxe apparent un dispositif mixte :
  • Une force d’engagement d’urgence constituée des forces spéciales de l’AT ;
  • une force de projection rapide, privilégiant la mobilité opérative et la cohésion sur le couple puissance-protection, qui serait organisée autour d’un ensemble de modules autonomes formant des ensembles organiques, car appelés le plus souvent à opérer de conserve ;
  • une force de décision, plus puissante mais moins mobile au niveau opératif, composée de modules autonomes, appelés à renforcer la force de projection rapide, sans lien organique entre eux.

Mobilité opérativeCouple puissance- protectionDurabilité
Force d'engagement d'urgencemaximalefaiblefaible
Force de projection rapidefortemoyennemoyenne
Force polyvalente de renforcementfaibleforteforte
Forces de soutienfaible-forte


Un exemple de format possible :


  • Force d'urgence
3 REG opérations spéciales


  • Force de projection rapide
1 Brigade haute mobilité (montagne)
1 REG de chars légers (9 modules de 6 chars chenillés classe 30 t + une réserve de 6 chars, soit un total de 60 chars légers chenillés)
3 REG infanterie (3 fois 9 modules de 9 VHM infanterie – 1 VHM Dépannage – 1VHM trans/PC – 1 VHM Drones -1 VHM sanitaire- 2 VBL MILAN, soit 351 VHM)
1 REG artillerie (9 modules de 6 VHM Mortier 120 soit un total de 54 VHM mortier de 120, + 3 modules de 6 VHM JUMPER, soit un total de 18 VHM JUMPER)
1 REG soutien haute mobilité
1 Brigade parachutiste
4 REG infanterie parachutiste (4 fois 9 modules de 3 CRAB+ 13 PVP XL +3 VBL, soit 108 CRAB + 468 PVP XL + 108 VBL)
1 REG artillerie parachutiste (18 PVP XL Mortier 120 + 18 PVP XL JUMPER)
1REG soutien parachutiste



  • Force polyvalente de renforcement


1 REG de char de combat (9 modules de 6 LECLERC + une réserve de 6 chars, soit un total de 60 LECLERC + 9 modules de 2VBCI mortier de 120 mm sous tourelle+ 1 module de réserve, soit 20 VBCI mortier de 120)

2 REG de cavalerie blindée (2 fois 9 modules de 6 EPRC + une réserve de 6 EPRC, soit un total de 120 EPRC)

4 REG infanterie (4 fois 9 modules de 9 VBCI – 1 VBCI MPC – 1 VBCI Dépannage – 1 VBCI Drones -1 VBCI sanitaire-– 2 VBL, soit 468 VBCI)

2 REG artillerie (2 fois 9 modules de 6 CAESAR 155, soit 108 CAESAR 155 + 2 fois 3 modules de 6, soit 36 CAESAR FIRE SHADOW )

1 REG artillerie AA (MICA + C-RAM )


1 REG Renseignement (RADAR +DRONES)

1 Reg soutien

ALAT


La terminologie « régiments (REG)  » et « brigades » est utilisée par commodité de langage.
Un « régiment » serait formé de modules pouvant intervenir isolément. Cette autonomie, qui pourrait être comparée à celle des cellules dans un corps humain, présente l'avantage de permettre une continuité d'action en cas de perte d'un ou plusieurs modules. Elle permet également d'adapter la taille du "régiment" aux contraintes budgétaires, en ajustant le nombre de modules qui le constituent, sans ruiner la cohérence du dispositif.
Ainsi un module d’infanterie parachutiste pourrait être composé comme suit : 9 PVP XL infanterie (72 voltigeurs) – 3 CRAB 25 mm - 1 PVP XL trans/PC - 1 PVP XL Drones -1 PVP dépannage - 1 PVP XL soutien sanitaire-2 VBL MILAN -1 VBL MISTRAL. L’ensemble serait transportable par 5 A 400 M.
Un module d’artillerie parachutiste pourrait être composé comme suit : 6 PVP XL M 120 (ou JUMPER) – 3 VBL appui – 1 VBL MISTRAL – 1 PVP XL trans/PC – 1 PVP XL Drones . L’ensemble serait transportable par 4 A 400M.